Episode 1 : Pour quoi elle est tombée du lit ?

lundi 11 août 2014, par Leonor

En faite, elle n’est pas tombée du lit, mais d’une chaise ! Mais ça reviens au même : elle est tombée. Elle, c’est la figure théâtrale qui petit à petit commence à naître dans mon imaginaire. Elle, n’as pas de nom (pour l’instant). Elle, sorte de payaso-Arlequin-bufon-ange déchu…

Une prolongation de moi, plus tôt : « UNE AGGRAVATION DE MON CAS » Elle et ses chutes, elle et ses accidentes…Ella y su fracaso !

Ce qui m’intéresse dans l’action de tomber, ce qu’il faut bien à un moment au un autre se relever. Et c’est là, que le drame commence au bien la comédie !

Quel est le ressort utilisé pour se mettre debout ?

Par exemple, le clown tombe jusqu’à épuisement de sa chaise et cela fait rire… je constate.
On est bien d’accord que tomber d’une chaise est une petite catastrophe, mais quoi que, ça peux être une vrai tragédie pour quelqu’un qui a du mal à se relever. Ce que je trouve d’admirable dans l’art du clown c’est le fait, que malgré la défaite, malgré qui tombe et retombe il vas à coup sûre se relever. Le défi contre la gravité, ne sera pas le défi contre la mort ?
A regarder pour mieux comprendre cette dynamique du tragi-comique : « Les larmes du clown », magnifique film en noir et blanc Victor Sjöströmavec (1924). Avec comme personnage principal, un clown amoureux qui se fait gifler et gifler devant les rires exacerbes du public qui en redemande encore et encore…

Boris Cyrulnik dit : « Le talent consiste à exposer son épreuve dans une intrigue souriante »

Par moment on peut avoir l’impression d’être pris au piège à l’intérieur d’un engrainage des petits aux grands malheurs qui ne nous laissent pas nous en sortir et vivre dans une certaine quiétude. Alors, pour quoi il y a certaines personnes qui arrivent malgré tout à faire face, à trouver les piliers en eux pour se délivre de la douleur d’un traumatisme.

Je reviens au clown et à sa force : une force qui sauve !

« Le clown « est » un échec, il témoigne que l’homme est un échec, qu’il est sur terre comme une flamme sur l’eau.
Il n’y a aucune raison d’espérer mais ce n’est pas une raison pour désespérer »

François Cervantès

Dans ce debout d’élan de création, à son stade embryonnaire je ne sais pas encore de quoi il seras question, même si sera « question ». D’ailleurs, je refuse de conceptualiser « la chose », fatigué de passer plus de 80 % de mon temps à écrire des dossiers, à tenter tant bien que mal de justifier par les idées le désir d’un spectacle. Plus tu explique le pour quoi et le comment, plus l’autre, se sens rassurer. Mais plus j’explique, plus mon désir meurt dans sa tentative de se dire…

Laissons donc les images venir, émerger…
Laissons donc cette figure trouver sa chair et sa parole.
Pour l’instant je sais qu’elle est tombée d’une chaise…

SUITE AU PROCHAIN EPISODE !


Ajoutez votre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.