Troisième cycle de LaTroupEphémère

mercredi 13 mai 2015, par Leonor

Réflexion d’un dimanche soir !


Dimanche 3 mai, 3 cycle de LaTroupEphémère. Je rentre à la maison, il est 22h et il faut que les filles aillent au lit, préparent leurs affaires. Il faut décharger le camion puis remonter les 3 étages. Il faut finir la nuit avant d’entamer une nouvelle journée. Ma mère doit m’appeler à 22’30h après avoir finit de travailler à 22h du soir en Espagne. Ma mère travail tous les jours ; le 3 mai et le 1 mai. Je mange vite fait, le téléphone est à côte de moi. Je regarde mes mails, puis ma page, je lis les commentaires des ami-es. Oui, ils étaient bon « los churros ». Maman certains dimanches faisait des churros. Pas quand elle avait ses règles. Je me réveillais avec l’odeur d’huile, je savais que c’était un dimanche spéciale.
3 mai, troisième cycle de LaTroupEphémère. 14 personnes sont là. 14 comme le jour des amoureux. 14 amoureux et amoureuses, prêt à se perdre, à taper sur le mur, à faire le lézard. 14 différences qui se rassemblent pour trouver un je ne sais pas quoi de commun. Les mots de Lorca, d’une limpidité à couper le souffle envahissent l’espace. Je ne sais pas comment aborder ce texte qui porte tant de sens, de révolte, de non dit : « La casa de Bernarda Alba »
Qui est la dernière pièce du poète avant d’être sauvagement assassinée.
Un dimanche spéciale. Tu cours pour prends les filles chez les amis, tu arrives à la maison, la chatte miaule derrière la porte. Sur l’écran l’image de deux enfants, un frère et une sœur qui s’embrassent au Népal m’éclate à la gueule. Je me sens minable. Comment je peux faire ? Je ne peux que faire ce que je fais. Comment faire autrement ?
Je referais des churros, mes filles seront herseuses. Je me souviendrai de ma mère et je me révérai petite blottît dans mon lit. Le 7 juin j’irai ouvrir les portes de LaTroupEphémère . Je ne me poserai pas des questions, je ferai, avec eux et nous éclaterons l’espace. Comme une grenade qui défie le passé, le présent et le futur. Le soir je rentrerai à la maison, démolie par la déflagration… Je mangerai un truc vite fait. Je regarderai mes mails. J’irai voir la vie des autres. Je penserai à lui, à toi. Je me coucherai sur le lit fatigué, défait mais finalement pas morte…


Ajoutez votre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 message

  • Ils étaient trop bons les churros !!!

    repondre message

    Gwen, Le 25 juin 2015 à 23:16